Ici Lili

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - sociologie

Fil des billets

mercredi, novembre 19 2014

[conf gesticulée] Le salaire à vie, ou l'impensé inouï de la protection sociale

Conférence gesticulée collective de Réseau Salariat et du Réseau Grenaille, au Grand Parquet (Paris) le 2 juin 2014.

Avec la participation de Bernard Friot.

Accompagnement Franck Lepage et la coopérative d'éducation populaire du vent debout (Toulouse).

http://www.reseau-salariat.info/db46c3e55dd025f7d24d96f69873671e?lang=fr

Lire la suite...

dimanche, avril 15 2012

[Conf - Sociologie] Entretien avec les Pinçon-Charlot, sur la grande-bourgeoisie

Les réseaux du pouvoir : qu'est ce que l'oligarchie?

Entretien avec Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, sociologues et anciens directeurs de recherche au CNRS (durée : 1h03) :

Ceci est un deuxième billet sur un même sujet déjà posté ici (une conférence d' 1h22):
Voyage en Grande Bourgeoisie
mais mieux vaut bien garder cette réalité à l'esprit pour mieux résister!

vendredi, février 10 2012

[Conf - Sociologie] Christine Delphy, sur la laïcité en France

CD.jpgUne conférence de la sociologue Christine Delphy filmée à Bruxelles à l'Université des femmes, autour de la "loi sur le foulard" votée en France en 2004 (officiellement intitulée Loi n° 2004-228 du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics).

L’une des principales intellectuelles féministes françaises nous met en évidence, avec humour, l'absurdité de cette loi en regard du principe de laïcité, principe paradoxalement mis en avant pour justifier la loi.
Réflexion sur les raisons de cette loi, et sur ce qu'elle implique et révèle de l'état de la laïcité en France.

Christine Delphy (née en 1941) est auteure et chercheuse au CNRS depuis 1966, principalement dans le domaine du féminisme matérialiste et des questions de genre. Elle est fondatrice et directrice de la revue Nouvelles Questions Féministes (NQF).

Conférence en 3 parties:

1/3 : http://vimeo.com/7080377

2/3 : http://vimeo.com/7066806

3/3 : http://vimeo.com/7082539

Ou visionnable en ligne ici : http://www.ladominationmasculine.net/videos/115-christine-delphy.html

Lire le texte de loi

Le blog de Christine Delphy : http://delphysyllepse.wordpress.com/

jeudi, janvier 26 2012

[Docu] La Domination Masculine - le docu de Patric Jean

Encore un qui fait froid dans le dos...

la_domination_masculine.png

La Domination masculine est un documentaire français de Patric Jean sorti le 25 novembre 2009.
Le voici partagé en 6 vidéos :





Partie 3/6 : http://www.dailymotion.com/video/xmly1y_la-domination-masculine-3-6_news







Site officiel du film : http://www.ladominationmasculine.net/

Après ça, pour vous en remettre, je vous conseille d'enchaîner avec l'interview de la rayonnante Florence Montreynaud, historienne et féministe, visionnable en ligne ici.


Vous trouverez également d'autres vidéos de conférences et prises de paroles de spécialistes relatives aux questions de genre, rapports homme-femme ou la domination masculine en général, mises à disposition sur le site officiel à cette page : http://www.ladominationmasculine.net/videos.html

A y voir aussi des vidéos et articles classés par thèmes :

  * Le féminismerentawife2.jpg
   * Un conjoint violent repenti
   * La répartition des tâches ménagères
   * Le masculinisme
   * Violence conjugale
   * La prostitution
   * Le massacre de l'école polytechnique
   * Tricot 503* Sexe
   * Opération de la verge
   * Femmes, beauté, publicité, stéréotypes
   * La construction du GENRE
   * Les jouets pour enfants
   * Hommes et femmes au travail
   * concert féministe Genr'radical
   * Les livres pour enfants

vendredi, juillet 15 2011

Conférences gesticulées, inculture(s) 5

LE TRAVAIL
Travailler MOINS pour gagner plus… ou l’impensé inouï du salaire
…une autre histoire du travail et de la protection sociale…

De Franck LEPAGE et Gaël TANGUY.

(durée 3H30)

"Cette conférence évoque le potentiel d’action collective que recèle de "droit du travail", entendu comme processus d’avancée historique continue de la propriété collective (les travailleurs) contre la propriété lucrative (le capital), symbolisé notamment dans la protection sociale, et de la nécessité d’un syndicalisme réinventé et réactivé. Le salaire n’est pas le prix d’un travail (version de droite) , mais un barême imposé par la lutte, (version de gauche) c’est à dire un rapport de forces par lequel nous obligeons un propriétaire à payer aussi du travail libre à d’autres que nous (retraites, chômage, maladie...et bientôt jeunesse ?). L’enjeu des retraites n’est pas financier (il n’y a aucun problème de financement des retraites) mais idéologique."

Voir en ligne (en plusieurs parties) : http://www.scoplepave.org/le-travail

A voir aussi Inculture(s) 1, et Inculture(s) 2.

mercredi, juillet 6 2011

Conférences gesticulées de Franck Lepage : Inculture(s) 2

L'école
inculture.png ou comment j’ai raté mon ascension sociale. Une autre histoire de l’éducation.

"En 1792, la Convention auditionne le rapport du marquis de Condorcet sur l’instruction publique. Qui se souvient des autres projets d’éducation, dont celui de Mirabeau, de Talleyrand, et celui de Lepeletier de St Fargeau.

A la différence de ce dernier qui organisait vraiment les conditions d’une égalité des apprentissages et des savoirs, le plan de Condorcet comporte un fort risque d’élitisme et une différenciation des citoyens par le savoir, difficulté habilement contournée par le recours ambigu au concept de “méritocratie”.

Deux siècles et 182 ministres plus tard, on pose toujours la question : “Comment concilier égalité des savoirs et méritocratie ?” On ne le peut pas ! La méritocratie et l’égalité sont inconciliables ! Ce sont deux principes opposés et il faut nécessairement choisir, le comble de la perversité étant de choisir la méritocratie en faisant semblant de désirer l’égalité."

Durée du spectacle : 3h30

Torrent : inculture II l'école , 696,4 Mo

Torrent : inculture II l'école, (meilleure captation) , 687,4 Mo

Vidéos du spectacle visionnables en ligne en plusieurs parties sur le site de Scop Le Pavé : http://www.scoplepave.org/l-ecole


"Le spectacle utilise l’image du parapente (l’ascension aérologique) comme métaphore de l’ascension sociale. C’est donc tout autant une leçon de parapente.

L’école reproduit les hiérarchies sociales, les confirme, les légitime. Ce n’est pas une école de l’égalité mais de l’inégalité, rebaptisée « égalité des chances ». Pourtant, il s’en est fallu de peu que l’on adopte le plan d’éducation de Lepelletier de Saint Fergeau et non celui de condorcet.

Pourtant, savoir cela, (et l’avoir vérifié personnellement) ne nous avance guère pour agir.
La conférence emprunte à différents auteurs (François Dubet, Bernard Defrance, jean Louis Derouet, Nico Hirt, Bernard Charlot, etc. ) et articule différents enjeux d’aujourd’hui :

  • Les pédagogies reproductrices d’inégalité : la notation individuelle, la « constante macabre »…
  • La réussite scolaire et le rapport au savoir
  • La confusion entre démocratisation et massification
  • Le décrochage radical entre école et emploi, l’ineptie d’une école adaptée au « marché du travail ».
  • La fin programmée des systèmes nationaux d‘éducation et la mise en place d’un « marché éducatif
  • La coexistence impossible des trois missions (éduquer, instruire, former) dans une société de chômage de masse.
  • Etc.

Quelques documents pour continuer :

( y en a tellement !)

et tant d’autres.... il y en a trop !

Source : http://www.scoplepave.org/l-ecole
www.les-renseignements-genereux.org/

Voir aussi le billet sur Inculture(s) 1

Pour soutenir cette initiative, obtenir la version du spectacle en DVD ou organiser une représentation, contacter : Société Coopérative d’éducation populaire, «Le Pavé», lepave@no-log.org, Tél : 02 99 45 73 48.

dimanche, juillet 3 2011

Conférences gesticulées de Franck Lepage : Inculture(s) 1

inculture.png

La Culture

Un philosophe aujourd’hui oublié, Herbert Marcuse, nous mettait en garde : nous ne pourrions bientôt plus critiquer efficacement le capitalisme, parce que nous n’aurions bientôt plus de mots pour le désigner négativement. 30 ans plus tard, le capitalisme s’appelle développement, la domination s’appelle partenariat, l’exploitation s’appelle gestion des ressources humaines et l’aliénation s’appelle projet. Des mots qui ne permettent plus de penser la réalité mais simplement de nous y adapter en l’approuvant à l’infini. Des «concepts opérationnels» qui nous font désirer le nouvel esprit du capitalisme même quand nous pensons naïvement le combattre...
Georges Orwell ne s’était pas trompé de date ; nous avons failli avoir en 1984 un «ministère de l’intelligence». Assignés à la positivité, désormais, comme le prévoyait Guy Debord : « Tout ce qui est bon apparaît, tout ce qui apparaît est bon. »

Franck Lepage, magistral, la gorge nouée, relate l'histoire de l'éducation populaire, son rôle de prophète de la culture qu'il a été obligé de quitter pour cultiver des choux en Bretagne... Pour notre plaisir. Deux heures d'éveil et de partage.

...Avant, j’étais prophète... Prophète salarié.
Mon travail consistait à dire la vérité. (La vérité officielle).
Et puis un jour, je me suis mis à mentir, et ils ont adoré.
On me faisait venir de plus en plus souvent.
On me disait que cela mettait de l’animation et de la démocratie.
Quand ils ont trouvé que j’allais trop loin, ils m’ont viré.
Depuis, je suis clown... Clown-consultant.


Téléchargement direct

Torrent

Inculture 1, le texte en pdf

Inculture 1, la paquette


Pour obtenir la version du spectacle en DVD ou organiser une représentation, contacter : Société Coopérative d’éducation populaire, «Le Pavé», lepave@no-log.org, Tél : 02 99 45 73 48, http://www.scoplepave.org/.


Des liens :

http://www.scoplepave.org/la-culture

http://www.radio-rouge.org/index.php/2007/02/19/209-incultures-petits-contes-politiques-et-autres-recits-non-autorises

http://www.les-renseignements-genereux.org/videos/8285

Voir aussi le billet sur Inculture(s) 2

lundi, juin 27 2011

[Docu] Filmographie de Pierre Carles

Sur les médias:

pas_vu_pas_pris.jpgPas vu Pas pris
(1998)

http://video.google.com/videoplay?docid=-1235218397233431416#

Raconte l'histoire de "pas vu à la télé" un reportage commandé par canal+ puis censuré par Alain De Greef. Le principe du reportage est de capturer les réactions de personnalité des médias face à la fameuse séquence montrant le ministre de la défense François Léotard et le patron de TF1 Etienne Mougeotte discutant devant les caméras d'une manière qui laisse transparaître une certaine connivence.


sociologie.gifLa sociologie est un sport de combat
(2001)

http://video.google.fr/videoplay?docid=-9084835922398472214#

Est le second film de la quadrilogie traitant des médias et qui présente la sociologie et les travaux de Pierre Bourdieu.








enfin_pris.jpgEnfin pris?
(2001)

http://video.google.com/videoplay?docid=6416231002784308618#

Est le troisième de cette quadrilogie et se penche cette fois sur la mise en évidence de ce que Bourdieu expose dans "sur la télévision" au travers de la manière dont Daniel Schneidermann a traité la venue de Bourdieu dans son émissions "Arrêts sur Images".




Affiche.inddFin de concession
(2010)

Voir le billet consacré.



Sur la mise en question du travail salarié :

rienfoutre.org :
Les pages Rien Foutre documentent l'évolution des travaux de CP-Productions qui mettent en question le travail salarié.
Centralité du travail, asservissement dans le travail, refus du travail, images et paroles de travailleurs et non-travailleurs sont au cœur des films Attention Danger Travail, Volem Rien Foutre Al Païs et maintenant Qui Dit Mieux?

danger_travail.jpgDanger Travail
(2002)

http://video.google.com/videoplay?docid=3459918714670948456#








volem_rien_foutre.gifVolem Rien Foutre Al Païs
(2007)

http://video.google.com/videoplay?docid=-4155421612152274150#

Est la suite de la série sur l'anti-travail qui se penche cette fois sur les alternatives au travail.








Sur l'action directe :

ni_vieux_ni_traitres.jpgNi vieux ni traîtres
(2006)

Un article consacré ici

http://video.google.com/videoplay?docid=-7672369501188610080#

Revient sur les actions des groupes armés anti-franquistes des années 70 (GARI) et sur Action Directe, on y trouve notamment des conférences et des entretiens où les acteurs de l'époque s'interrogent sur la légitimité de leurs actes.


Le désarroi esthétique (Strip-Tease)
(1996)

14 mn, France, 1996
Réalisation : Pierre Carles
Image : Igor Ochronowicz, Jean-Michel Vennemani
Son : François de Morant, Joël Flescher
Montage : Françoise Lannoy
Je reviens toujours à « Que faire de cette liberté ? » C’est à la fois un bonheur, un désarroi, une sorte de désarroi esthétique.

A fait partie des Trois Petits Films Contre le Grand Capital.



Pour une meilleure qualité de l'image, retrouvez une partie des films de Pierre Carles ici :
1995 - Juppé, Forcément
traite du rôle qu'ont joué les médias pour favoriser l'élection d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux.
1998 - Pas Vu Pas Pris (VHS)
2001 - La Sociologie Est Un Sport De Combat
2002 - Danger Travail (VHS)
est la première version sortie en vhs du premier film de la série sur l'anti-travail et sur les gens qui refusent d'aller travailler.
2003 - Enfin Pris (VHS)
2004 - Attention Danger Travail (DVD)
est la version étendue sortie en dvd du même film sur les déserteurs du marché du travail qui refuse d'aller faire un boulot de merde pour des clopinettes.
2006 - Ni Vieux Ni Traitres
2007 - Bages-sigean A La Voile (TV)
2007 - Volem Rien Foutre Al Pais (DVD)
2008 - Charlie Hebdo Se Fait Hara Kiri (web)


Un entretien avec Pierre Carles ici.

Une page non officielle consacrée à Pierre Carles.

vendredi, juin 17 2011

[Conf] Bernard Friot sur l'enjeu des retraites

Le mardi 1er juin 2010, l'économiste et sociologue Bernard Friot, auteur de L'enjeu des retraites (Ed. La Dispute, 2010), était invité par l'association "Perspectives communistes" de Montreuil. La Télé de Gauche est venue filmer cette conférence et la restitue en onze chapitres qui suivent les raisonnements et positions de Friot sur la question de la retraite et de la relation au travail dans nos sociétés.



Bernard Friot s'est exprimé dans la célèbre émission de radio militante de Daniel Mermet, Là-bas si j'y suis. A écouter ici (vous pouvez la télécharger ou écouter en ligne).

mardi, mai 10 2011

[Article] Interview de Rhéa Jean, philosophe, au sujet de la prostitution

Article très intéressant trouvé ici, sur le site http://www.pourunesocietesansprostitution.org/ du Mouvement du NID. L'Interview de Rhéa Jean est issue de : Prostitution et Société (P.-S.) numéro 156 / janvier - mars 2007.

"Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle !"

P.-S. :

Pour vous, c’est bien parce que les abolitionnistes sont attachés à la liberté sexuelle, dont se revendiquent les réglementaristes, qu’ils s’opposent à la professionnalisation de la prostitution ?

Rhéa :

Les réglementaristes reprochent aux abolitionnistes de privilégier une vision "essentialiste" de la sexualité, en clair une idée de ce qui serait "bien" ou "pas bien", plutôt que les choix des individus. Or, pour moi, l’abolitionnisme est loin d’être en contradiction avec les valeurs de droit à l’autonomie, de liberté individuelle et de droit à la vie privée que prétendent défendre les libéraux.
Ce n’est pas au nom d’un ordre social ou d’une définition de la "normalité" sexuelle que la plupart des néoabolitionnistes s’opposent à la prostitution. C’est justement au nom de la liberté de chaque individu de pouvoir vivre sa sexualité selon ses choix et préférences, et non selon la nécessité économique. Les néoabolitionnistes ne cherchent pas à dire qu’une pratique sexuelle est meilleure qu’une autre ; ils pensent plutôt que l’expression des choix personnels n’est pas favorisée lors d’un échange de services sexuels contre de l’argent.

Si les personnes prostituées expriment un "choix", celui-ci n’est pas lié à leur autonomie sexuelle mais plutôt à leurs besoins financiers. Le refus de la prostitution n’a pas pour but de brimer la liberté sexuelle des individus mais bien de mettre en place les conditions sociales qui permettront de ne pas brimer cette liberté. Il s’agit justement de défendre l’autonomie sexuelle des plus pauvres et des personnes les plus vulnérables de nos sociétés.

P.-S. :

Pour les réglementaristes, la prostitution serait un simple contrat dont la seule exigence serait le consentement des parties. Que répondez-vous ?

Rhéa :

Les penseurs libéraux font la promotion d’une société individualiste dans laquelle les personnes sont libres d’explorer leurs préférences sexuelles à condition que les pratiques se déroulent entre adultes consentants. En présentant la prostitution comme un simple contrat entre deux individus, ils échouent, selon moi, à définir l’autonomie sexuelle.

En effet, cette autonomie ne peut exister qu’en l’absence de contraintes économiques. Le point de vue néoabolitionniste considère justement que la prostitution empêche l’expression des préférences sexuelles, notamment des femmes et des plus pauvres.
Il dénonce non seulement le fait que cette industrie repose précisément sur le renoncement de ces personnes à l’autonomie sexuelle mais aussi sur l’exaltation d’une culture qui suppose que les besoins sexuels de certains individus, en l’occurrence masculins, puisse s’imposer à d’autres individus, en l’occurrence majoritairement féminins, en échange d’argent.

P.-S. :

Les réglementaristes se prétendent "neutres" en matière de sexualité : une neutralité que vous mettez fortement en cause…

Rhéa :

La position néoréglementariste, qui se prétend neutre en matière de sexualité, alimente pourtant l’idée que la sexualité, spécialement des hommes, nécessite des soins particuliers, à la demande. Elle semble donc constituer un besoin impératif qui irait au delà de toute éthique sociale et obligerait à tolérer ses dérives, même les plus extrêmes. On ne peut pas parler de neutralité…

P.-S. :

Les réglementaristes avancent également l’idée que "l’achat de services sexuels" relèverait du droit à la vie privée.

Rhéa :

Les néoabolitionnistes, en s’opposant à la prostitution, se voient en effet accusés d’attenter à la vie privée et d’aller à l’encontre de l’idée libérale selon laquelle l’Etat n’a pas à se mêler de ce qui se passe dans la chambre à coucher. D’abord, on peut se demander si cette défense de la protection de la vie privée n’a pas surtout pour but de protéger les hommes de l’interférence de l’Etat.

Ensuite, dans la prostitution, se mêlent à la sexualité – du domaine privé - l’achat et la vente, qui sont du domaine public.
Pour ce qui est de protéger la vie privée, ce sont selon moi les néoabolitionnistes qui défendent le mieux cette valeur. Pour eux, la prostitution fait empiéter la sphère publique du travail sur la sphère privée de la sexualité. Si la sexualité doit rester un domaine privé, ce n’est pas seulement l’Etat qui doit rester hors de la chambre à coucher ; c’est aussi le commerce.

Traiter le sexe comme un objet de commerce aboutirait à réduire l’autonomie sexuelle en mettant en danger presque tous les travailleurs ; ils pourraient, pour garder leur emploi, subir des pressions de la part d’employeurs pour des relations sexuelles contre leur volonté.
Si le sexe devient un travail, pourquoi alors ne pas imposer à une secrétaire d’offrir des services sexuels à des clients ? La barrière séparant le sexe et le commerce a non seulement pour but de garder le milieu du travail en dehors des pressions sexuelles mais aussi de garder les relations sexuelles privées en dehors du commerce.

P.-S. :

Des réglementaristes usent aussi de l’argument voulant que la sexualité doive être, comme le travail domestique, un "service" rémunéré…

Rhéa :

Ils affirment que les femmes fourniraient des services sexuels gratuits à leurs maris et que cela constituerait, comme les tâches domestiques non rémunérées, une forme d’exploitation à l’intérieur du patriarcat. Cette assimilation entre sexualité et travail « invisible » des femmes est erronée et même dangereuse. D’abord, les maris non plus ne sont pas rémunérés pour l’activité sexuelle. Il faut donc qu’il y ait asymétrie dans la conception de la sexualité selon les genres pour que seule l’activité sexuelle de la femme apparaisse comme un "travail".

Ensuite, il ne faut pas confondre la nature des deux activités : le travail domestique est une activité essentielle au bon fonctionnement de toute société humaine et de chaque individu. Même s’il n’a jamais été reconnu précisément parce que c’étaient des femmes qui l’exécutaient, il n’a pas obligatoirement à être effectué par une femme.
La sexualité, en revanche, ne constitue pas une activité détachée de ce qui nous fait en tant que sujets. Comme le dit parfaitement Julia O’Connell Davidson : « si l’absence d’un contact sexuel représentait une menace pour la santé et qu’une personne avait besoin de se voir prescrire les "soins" d’une "travailleuse du sexe" de la même façon qu’une autre a besoin des soins d’un docteur ou d’une infirmière quand elle souffre d’un mal particulier, alors l’apparence physique, l’âge, le sexe et la race du/de la prostitué-e ne seraient pas des critères importants. »

P.-S. :

Pour vous, la rémunération de l’un ou de l’autre n’a pas les mêmes répercussions sociales…

Rhéa :

La rémunération du travail domestique et du soin des enfants - effectués par un homme ou une femme - m’apparaît légitime, même s’il y a un danger d’inciter les femmes à conserver un rôle traditionnel. Il s’agit d’une reconnaissance d’un travail dit "invisible".

À l’inverse, la rémunération du "service sexuel" renforce l’idée que les femmes peuvent être exclues du monde du travail, ou sous-rémunérées, et que la non réciprocité sexuelle doit demeurer inchangée car elle rapporterait financièrement aux femmes. L’industrie du sexe tire profit de cette asymétrie sexuelle et mine par le fait même l’égalité entre hommes et femmes et le droit, pour tous et toutes, à une sexualité désirée.
En refusant de reconnaître la prostitution comme un travail, les abolitionnistes cherchent à combattre la conception traditionnelle de non réciprocité sexuelle entre hommes et femmes que la reconnaissance de la prostitution viendrait légitimer et renforcer.

samedi, mai 7 2011

[Docu] Le revenu de base

Le film "Le revenu de base" en version française. Une approche du revenu universel intéressante.

http://le-revenu-de-base.blogspot.com/

Téléchargement direct

mercredi, avril 20 2011

[Média] L'Envolée, journal critique du système carcéral et judiciaire, et du monde qui le génère

envolee.jpg

l__envolee.jpg"L’ Envolée est un journal critique du système carcéral et judiciaire, et du monde qui le génère. Ce n’est pas le premier, ni le seul ; il s’inscrit dans l’histoire de la critique sociale abordée sous l’angle du châtiment, de la discipline, de la prison.

Les textes publiés viennent à la fois de l’intérieur et de l’extérieur de la détention. S’attaquer à l’enfermement, c’est forcément s’en prendre aussi à tout ce qui fabrique, réforme, perfectionne le contrôle social hors des murs des prisons : le formatage des « citoyens » dès le plus jeune âge, le salariat précarisé ou à perpète, l’urbanisme qui flique les villes et quadrille les espaces sont bien le pendant de la construction des prisons. L’enfermement carcéral joue un rôle social de repoussoir ; il produit une peur nécessaire au maintien de cette société. En ce sens, c’est bien plus qu’une simple répression, qu’un moment de contrôle, de sanction des actes « délictueux » ; c’est un ciment nécessaire à l’État pour permettre au capitalisme de continuer à se développer dans ses nouvelles formes.

Ce journal participe d’une réflexion, d’une dynamique qui transforment les mots en luttes. Il est essentiel de publier des récits et des témoignages de l’intérieur, in extenso ou par extraits, pour mettre concrètement en relation les questions du sécuritaire, de l’enfermement, du droit, du système pénal avec les autres luttes sociales.

Un des problèmes actuels n’est pas tant l’absence de débat au sujet de l’« horreur carcérale » que les points de vue d’humanistes et de sociologues qui défendent l’idée d’un enfermement à visage humain. Nous ne sommes pas les porte-parole de ceux que la prison relègue au rang de muets sociaux : les prisonniers écrivent, réfléchissent, résistent... Nous ne voulons pas penser et nous battre à leur place mais avec eux. Nous ne sommes pas subventionnés et nous ne recevons d’argent d’aucune organisation pour garder notre autonomie. Nous fabriquons nous-mêmes nos outils, et nous recevons parfois l’aide d’amis et de personnes qui disposent de matériel. Nous sommes à la recherche de ceux qui auraient envie de participer à cet effort pour nous permettre de continuer à exister par leurs contributions. Au-delà de la fabrication, la distribution du journal reste difficile, coincée entre la censure acharnée de l’administration pénitentiaire et les contraintes marchandes du réseau officiel de la presse. Un journal est fait pour être lu ; la diffusion de l’Envolée reste déterminante pour notre activité : constituer un outil de réflexion et de résistance contre cette société qui génère de plus en plus de contrôle et d’enfermement."

http://lejournalenvolee.free.fr/

jeudi, avril 14 2011

[Article] Namibie : Les miracles du revenu minimum garanti

Article du Courrier International datant du 29 avril 2010
intitulé : Namibie / Les miracles du revenu minimum garanti.

Il s'agit d'une interview de Herbert Jauch.
Ce chercheur spécialiste des syndicats a dirigé jusqu’en janvier 2010 l’Institut namibien des ressources et de recherche sur le travail (LARRI). Il est membre de la Basic Income Grant Coalition (BIG) de Namibie. Cette alliance, qui regroupe Eglises, syndicats, associations de jeunes et de femmes, a lancé le revenu minimum garanti en 2008. Grâce à ce projet financé par des dons, les 1000 habitants d’Otjivero âgés de moins de 60 ans ont reçu 100 dollars namibiens (10 euros) par mois pendant deux ans.

BIG-Namibie.jpg

"Dans le cadre d’un projet pilote, les habitants d’un village déshérité ont reçu chaque mois l’équivalent de 10 euros. Deux ans plus tard, le bilan est vraiment positif, se félicite Herbert Jauch, le responsable du programme.



C.I :
On débat dans de nombreux pays de l’instauration d’un revenu minimum garanti (RMG) qui ne soit assorti d’aucune condition contraignante. Pourquoi la Namibie a-t-elle pris les devants avec ce projet pilote ?

HERBERT JAUCH :
La Commission d’orientation nationale a, dès 2002, recommandé le versement d’un revenu minimum à tous les citoyens pour mieux s’attaquer aux inégalités sociales. La Namibie est, selon les Nations unies, le pays qui présente les plus grands écarts de revenus au monde. Comme le gouvernement n’a pu se décider à instaurer un RMG, les Eglises et les syndicats ont lancé un projet pilote.

C.I :
Pourquoi avoir choisi le petit ­village d’Otjivero ?

HERBERT JAUCH :
Nous voulions un endroit dans lequel il ne se passerait rien pendant au moins deux ans : pas de programme de création d’emplois, pas de projet d’aide au développement, pas de rentrées financières. Il ne devait y avoir que le revenu minimum, soit 100 dollars namibiens (environ 10 euros) par personne et par mois. Otjivero avait l’air d’être dans une situation tellement désespérée que nous avons pensé au début que le RMG ne servirait pas à grand-chose, hormis une légère réduction de la pauvreté.

C.I :
Recevoir de l’argent sans condition, sans travailler, est-ce que cela peut faire bouger les choses ?

HERBERT JAUCH :
Ce sont des préjugés auxquels nous nous heurtons en permanence. Si les gens d’Otjivero ne travaillent pas, ce n’est pas parce qu’ils sont paresseux mais tout simplement parce qu’il n’y a pas de travail. Le fait est qu’ils n’ont pas dépensé cet argent pour s’acheter de l’alcool et qu’ils ne l’ont pas dilapidé pour rien.

C.I :
Qu’en ont-ils fait ?

HERBERT JAUCH :
Nous avons pu observer une chose surprenante. Une femme s’est mise à confectionner des petits pains ; une autre achète désormais du tissu et coud des vêtements ; un homme fabrique des briques. On a vu tout d’un coup toute une série d’activités économiques apparaître dans ce petit village. Cela montre clairement que le revenu minimum ne rend pas paresseux mais ouvre des perspectives.

C.I :
Vous auriez pu parvenir au même résultat avec des microcrédits ciblés.

HERBERT JAUCH :
Contrairement aux microcrédits et à beaucoup de programmes d’aide au développement classiques, le revenu minimum a un impact non seulement sur la production, mais aussi sur la demande. En Afrique, le pouvoir d’achat se concentre en général dans quelques centres, ce qui force les gens à quitter les campagnes pour les villes, où les bidonvilles finissent par s’étendre. Le RMG permet à des régions rurales de se développer, il crée des marchés locaux et permet aux gens d’être autosuffisants.

C.I :
Quels effets avez-vous pu constater à Otjivero ?

HERBERT JAUCH :
Le nombre de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté est passé de 76 à 37 %. Avant l’expérience, près de la moitié des enfants étaient sous-alimentés, aujourd’hui ils sont moins de 10 % ; 90 % finissent leur scolarité, avant, ils n’étaient que 60 %. Et la criminalité a baissé.

C.I :
Pourquoi demandez-vous la création d’un RMG pour tous les Namibiens et pas seulement pour les pauvres ?

HERBERT JAUCH :
Cela demanderait beaucoup trop de travail et coûterait beaucoup trop cher de vérifier les besoins de chacun. De plus, il ne faut pas pénaliser les gens qui ont trouvé un travail ou qui se sont construit une existence. Celui qui gagne bien sa vie et qui est riche reverse le RMG à l’Etat par ses impôts.

C.I :
La Namibie pourrait-elle se permettre de verser un revenu minimum à tous ses habitants ?

HERBERT JAUCH :
La Commission d’orientation l’a calculé depuis longtemps. Le RMG coûterait 5 à 6 % du budget national. Pour le financer, il faudrait relever légèrement le taux maximum d’imposition, qui est de 34 % actuellement, et la taxe sur le chiffre d’affaires. Le gouvernement pourrait également introduire des prélèvements sur les exportations de matières premières et lutter contre l’évasion fiscale.

C.I :
Mais le versement du RMG serait très lourd à gérer.

HERBERT JAUCH :
Bien au contraire ! Les coûts de gestion représentent environ 10 %. A Otjivero, nous avons utilisé des cartes à puce personnelles pour l’identification des intéressés et ça s’est très bien passé. Et la poste namibienne affirme qu’il serait rentable pour elle d’ouvrir un bureau dans chaque ville en cas d’instauration du RMG. Même avec deux retraits d’argent sans frais par mois, ça vaudrait encore le coup.

C.I :
Qu’est-ce qui empêche la Namibie d’introduire le RMG ?

HERBERT JAUCH :
Le gouvernement n’est pas encore tout à fait convaincu. Notre ministre de l’Economie a compris que le revenu minimum constituait un instrument simple et bon marché pour changer les choses. Il y a cependant des résistances du côté du ministère des Finances et de notre Premier ministre, qui émet encore des réserves.

C.I :
L’expérience menée à Otjivero n’a-t-elle donc pas convaincu ?

HERBERT JAUCH :
La pression exercée par le Fonds monétaire international (FMI) n’est pas sans effet en Namibie. Le FMI a présenté des chiffres erronés sur le coût du RMG. Il prend par exemple en compte les plus de 60 ans, alors qu’ils ne sont pas concernés par le RMG. il craint que la Namibie démontre que le RMG fonctionne. Ce système deviendrait alors très intéressant pour des pays comme le Brésil et l’Inde.

C.I :
Comment réagissez-vous à cela ?

HERBERT JAUCH :
Nous faisons le tour du pays avec des gens d’Otjivero pour qu’ils racontent leur histoire. Et nous sommes soutenus partout ! Nous espérons pouvoir arriver à nos fins dans le courant de l’année prochaine. L’important, c’est que la pression de la base soit forte. Quand les électeurs l’exigeront, la SWAPO, le parti au pouvoir, ne pourra plus dire que ça ne l’intéresse pas."

Rapport du projet pilote (en anglais)

jeudi, mars 31 2011

[Conf - Sociologie] Voyage en Grande Bourgeoisie

Conférence du couple de sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon spécialisés dans l'étude sociologique de la grande bourgeoisie :

http://www.dailymotion.com/video/xb409w_la-grande-bourgeoisie-par-m-pincon_news#from=embed